CANAL DE SUEZ : HISTOIRE ET ANECDOTES D’UNE DES VOIES NAVIGABLES LES PLUS FRÉQUENTÉES DU MONDE

S’il fait pâle figure devant les 1797 km du Grand Canal de Chine et ses 2500 ans d’histoire, il a joué et joue toujours un rôle clé dans le développement du commerce entre l’Europe et l’Asie. Récemment, l’échouement d’un porte-conteneurs l’Ever-Given a braqué les yeux de la communauté internationale sur lui. Le canal de Suez est plus que jamais d’actualité. Découvrez ces 8 faits historiques et anecdotes que peu connaissent.

1. PERCÉE DE L’ISTHME DE SUEZ

Canal navigable long de 193 km, il relie via les lacs Menzaleh, Timsah et Amers la ville portuaire de Port-Saïd en mer Méditerranée à la ville de Suez, au nord de la mer Rouge. En permettant aux navires d’éviter de contourner l’Afrique par la route du cap de Bonne-Espérance, le canal de Suez raccourcit considérablement les distances entre l’Asie et l’Europe préfigurant l’actuelle effervescence de la mondialisation.

2. L’ANCÊTRE DU CANAL AU TEMPS DES PHARAONS

Le canal de Suez reprend l’idée de l’ancien « canal des pharaons » creusé dans l’Égypte antique pour assurer la liaison entre le Nil et la mer Rouge. Sa construction est entamée par le pharaon Néchao II (600 avant le présent), et achevée par Ptolémée II. Utilisé épisodiquement et remis en état sous l’empereur romain Trajan, il s’ensable définitivement au VIIIe siècle.

3. 2 SIÈCLES DE NAVIGATION

Étudiée à la Renaissance par la république de Venise, la percée d’un canal reliant la mer Rouge à la Méditerranée voit finalement le jour suite à la campagne d’Égypte menée par Napoléon Bonaparte. En 1854, le diplomate à la retraite Ferdinand de Lesseps obtient du vice-roi d’Égypte la concession de la zone du canal pour une durée de quatre-vingt-dix-neuf ans. En 1855, il fonde la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, qui dirigera la construction de l’ouvrage de 1859 à 1869, grâce à une levée de fonds massive à la Bourse de Paris et au prix de la vie de 22 000 ouvriers. Le 17 novembre 1869, le canal est inauguré avec faste en présence de l’impératrice des Français Eugénie, épouse de Napoléon III.

4. ENJEUX GÉOPOLITIQUES

À la fin des travaux, l’Égypte, à hauteur de 44 % de sa valeur, et 21 000 Français en sont conjointement propriétaires. En 1875, la dette de l’Égypte la contraint à vendre ses parts à prix réduit au Royaume-Uni, qui veut retrouver son influence sur la route des Indes.

La fin du XIXe et le début du XXe siècle assiste à l’éveil nationaliste de l’Egypte. En 1956, le président Egyptien Nasser prend la décision de nationaliser la Compagnie universelle du canal maritime de Suez. Les deux pays anciennement propriétaires mettent sur pied un plan de riposte comprenant l’invasion de la région du Sinaï par Israël, déjà en conflit avec l’armée égyptienne. À force de sanctions économiques et politiques, l’ONU parvient à imposer un cessez-le-feu dans la région. 

5. UNE CIRCULATION DÉLICATE

Malgré l’absence d’écluses (l’ensemble du trajet du canal restant au niveau de la mer), la circulation reste lente et difficile sur le canal. Avant ses récents travaux, 18 heures étaient nécessaires pour parcourir ses 193 km de long. En effet, malgré sa largeur (280 à 345 m selon les sections), deux navires de gros tonnage ne peuvent s’y croiser sans risquer d’embardée qui entraîneraient des risques élevés de collision. C’est pourquoi la navigation dans le canal ne se fait pas librement, mais sous forme de convois de navires progressant en file indienne.

6. UNE DES VOIES NAVIGABLES LES PLUS FRÉQUENTÉES DU MONDE

Le canal de Suez concentre environ 10% du commerce maritime international. Chaque jour, ce sont près de 50 navires qui le traversent. Pour supprimer la circulation alternée, réduire de 11 à 3 heures le temps d’attente des navires et doubler sa capacité d’accueil, l’Egypte entame en 2014 des travaux d’approfondissement et d’élargissement du canal sur 35 km ainsi que le doublement d’une section sur 37 km. De 5,3 milliards de dollars par an en 2015, le canal devrait rapporter 13,2 milliards de dollars en 2023 suite à ces travaux d’amélioration.

7. UN GAIN DE TEMPS QUI PEUT SE RÉVÉLER COÛTEUX

Depuis 1869, le canal de Suez permet aux navires d’économiser les 10 jours de navigation minimum que leur impose le contournement du Cap de Bonne Espérance. La décision d’utiliser la route sud-africaine a également un impact environnemental important : le surplus de consommation de carburant émettrait 6 800 tonnes de CO2 supplémentaires par voyage

Pourtant, devant la taxe colossale imposée par la Suez Canal Authority (465 000 dollars pour un pétrolier type), certains transporteurs préfèrent emprunter la longue route. En 2016, alors que les prix du carburant étaient bas, plusieurs armateurs de porte-conteneurs avaient ainsi économisé plus de la moitié du coût du voyage en contournant l’Afrique.

8. LA TECHNIQUE À L’ÉPREUVE DES ÉLÉMENTS

Les récents travaux n’ont pourtant pas empêché le blocage du canal en février dernier par l’Ever-Given, porte-conteneurs géant de 400 mètres de long détenu par la société japonaise Evergreen, victime d’une tempête de sable. 7 jours et 13 remorqueurs seront nécessaires pour dégager l’immense cargo de 220 000 tonnes et libérer les quelque 425 navires en attente de transit.

Xarian SAS

Pépinière Delta
74200 Thonon les Bains
France

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | Mentions légales | Partenaires

Xarian SAS

Pépinière Delta
74200 Thonon les Bains
France

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | Mentions légales | Partenaires

Site développé par Dress Codes