échelle 1/43 Miniature Rosalie

retour sur LES 90 ans de la ROSALIE (Citroën) et ses records

Dès sa première apparition au salon de l’automobile de 1932, la Citroën 8CV “Rosalie” ne soulève que peu d’enthousiasme. Pour un constructeur qui se démarque par ses innovations, le moteur flottant de la C8 (déjà présent sur la C6) et sa carrosserie acier “monopièce” n’impressionnent guère.

Pour dynamiser la gamme Rosalie, Citroën va se lancer dans un formidable défi sportif et battre tous les records internationaux.

Les Records de vitesse de la "Petite Rosalie" à Montlhéry 

Le 15 mars 1933, sur la piste de l’autodrome de Montlhéry, la “Petite Rosalie” s’élance à l’assaut des records du monde de distance et de durée, et se s’arrêtera que le 27 juillet. Elle reprend le châssis 8 CV le plus modeste de la gamme Citroën et concourt de ce fait dans la catégorie F. Jour et nuit, par tous les temps, la “Petite Rosalie” tourne inlassablement, mettant à l’épreuve les qualités de ses pilotes, César Marchand, Julien Marchand, Raphaël Fortin et Louis Le Roy de Présalé.

Après avoir parcouru 4000 km, la “Petite Rosalie” commence à se couvrir de gloire en battant des records internationaux. À 10 000 km, elle établit un nouveau record dans sa catégorie : aucune voiture d’aussi faible cylindrée n’avait jamais dépassée cette distance. À 130 000 km, elle dépasse le record du monde de distance détenu depuis 1932 par sa petite sœur, une 6 cylindres Citroën de la série “Rosalie II”. Le phénomène Rosalie s’amplifie au fil des semaines, dépassant chaque fois de nouveaux records.

Enfin, le 27 juillet 1933, la “Petite Rosalie” double le cap des 300 000 km. Jugeant que la démonstration constituait une étape marquante de l’histoire de l’automobile, M. André Citroën décide d’arrêter la course et de faire examiner la voiture sous toutes les coutures pour en tirer des enseignements pour ses prochaines voitures.

Durant 134 jours, la frêle Citroën aura parcouru près de 300 000 kilomètres à plus de 93 km/h de moyenne, surveillée par cinq commissaires de piste et huit chronométreurs de l’ACF, établissant ainsi 106 records du monde et 193 records internationaux.

Extrait Citroën affiche

Image extraite de https://www.citroenorigins.fr/fr/vehicule/rosalie

DISSECTION DE LA "Petite rosalie"

Aussitôt après avoir terminée la course, la “Petite Rosalie” est mise sous scellés et conduite au laboratoire de l’A.C.F. (l’Automobile Club de France) afin que chacune de ses pièces soit examinée. Celles-ci sont ensuite soumises à des essaies chimiques, mécaniques et micrographiques par le Convservatoires National des Arts et Métiers. Le résultat de tous ces examens et essais démontre que la “Petite Rosalie” est bien la voiture de série semblable à celles livrées quotidiennement aux clients Citroën.

Il aura fallu 30 ans à l’industrie automobile pour porter progressivement le record du monde de distance à 50 000 km. Il n’a fallu que 2 ans aux Usines Citroën, avec le concours des Huiles Yacco, pour l’élever à 300 000.

LES DESSOUS DE LA COURSE

Cette performance extraordinaire s’est accompagnée d’une logistique sans faille. Pendant toute la durée de la course, la “Petite Rosalie” s’arrêtera toutes les 5 heures afin de changer de conducteur, d’être graissée et ravitaillée. L’opération durait en moyenne 90 secondes.

Comme pour les précédents records, la voiture transporte dans son coffre une multitude de pièces de rechange, comme le décrivent les inventaires exhaustifs de l’époque : quarante bougies, trois soupapes, quarante et un segments, une roue de secours, trois graisseurs, trois Durit d’essence, deux colliers de serrage, deux pompes à essence, un support avant de moteur, six durites de radiateur, deux courroies de ventilation, six charbons de dynamo, une rampe à huile, un étrier de ressort, deux ferrures d’amortisseur, un amortisseur complet, deux ampoules de phare et leur verre, dix-neuf lames de ressorts, une clavette demi-lune de soupape et trois linguets de distributeur…

Pendant la course, la “Petite Rosalie” devra faire face aux intempéries. Le 18 mars, elle est contrainte de s’arrêter durant six heures, à cause d’une forte chute de neige. Le temps continuant à s’écouler, elle rattrapera son retard grâce à la dextérité de ses pilotes. Un exploit savamment préparé par l’équipe de César Marchand.

La météo n’est pas la seule à chercher à contrer les ardeurs de la Citroën 8cv. Par 9 fois, la “Petite Rosalie” doit céder la piste pendant plusieurs heures à des manifestations sportives comme le Grand Prix de l’ACF, mais ces arrêts de lui furent pas décomptés, et il fallut que la 8cv forçat l’allure pour conserver sa moyenne de 93 km/h.

RETOMBées publicitaires

Virtuose de la communication, André Citroën confère à l’évènement une mise en scène grandiose. Une somptueuse réception est organisée sur l’autodrome de Montlhéry. Il déclare aux journalistes vouloir offrir une somme de 3 000 000 francs à qui pourrait battre la Petite Rosalie avant le 1er juillet 1935. Le constructeur pose avec Jean Dintilhac, patron des huiles Yacco, devant la “Petite Rosalie” et donne chaleureusement l’accolade à César Marchand. Ce dernier animera par la suite de nombreuses conférences organisées par Citroën ou par Yacco. La voiture des records, chargée sur un camion spécial, entame un tour de France publicitaire. Affiches, panonceaux et prospectus de toutes sortes relatent ses performances. Des milliers de “Petite Rosalie” miniatures sont vendues. C’est le triomphe…

Miniature petite rosalie

Komugi SAS

89 chemin de la Ballastière
74200 Thonon les Bains
France

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | Mentions légales | Partenaires

Komugi SAS

89 chemin de la Ballastière
74200 Thonon les Bains
France

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | Mentions légales | Partenaires

Site développé par Dress Codes